samedi , 22 septembre 2018
Dernières nouvelles

Nord-Kivu: Les succès militaires des Forces Armées de la RDC attestés par la Monusco !

Le porte-parole militaire de la Monusco, le lieutenant-colonel Félix Prosper Basse a rendu témoignage des succès militaires remportés au Nord-Kivu par les forces gouvernementales congolaises les FARDC soutenues par les forces onusiennes Le porte-parole militaire de la Mission de l’ONU pour la stabilisation en RDC (MONUSCO), lieutenant-colonel Félix-Prosper Basse, a fait état mercredi, à Kinshasa, de la situation sécuritaire dans la province du Nord-Kivu
marquée par des succès militaires de l’armée gouvernementale soutenue par la force onusienne, sur plusieurs groupes armés.

Le commandement des Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) a annoncé, en effet, la défaite de la rébellion ougandaise de l’Alliance des Forces Démocratiques (ADF) dans le territoire de Béni (Grand Nord), ainsi que celle du groupe armé des rebelles congolais « Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain » (APCLS), avec la prise de leurs derniers bastions respectifs de Saha Sita, Lukweti et « Mont Sinaï ». Après des opérations de bouclage et de ratissage, il a été observé la débandade des commandants et éléments de ces groupes armés, a précisé Félix-Prosper Basse.

Il y a eu également des opérations contre les rebelles rwandais des Forces Démocratique de Libération du Rwanda (FDLR) sur l’axe « Tongo-Kalengeri », auxquelles les insurgés ont réservé peu de résistance jusqu’à présent. Les FARDC, soutenues notamment par des hélicoptères d’attaque de la Force de la MONUSCO, ont récupéré, en l’espace de quatre jours, trois bastions de l’ADF: Makoyoba III, camp Canada et Saha Sitasa, à environ 60 km au Nord-est de Béni. 45 rebelles de l’ADF ont été tués pendant cette période, tandis que quatre militaires ont été blessés.

Dans les territoires de Masisi, de Walikale et de Béni, les militaires des FARDC ont remporté d’autres succès. Agissant sur la base de recommandations contenues dans le rapport spécial du 27 février 2013, le Conseil de sécurité de l’ONU avait décidé que la Brigade d’intervention serait en place pour une période initiale d’un an et dans les limites de l’effectif maximum autorisé de 19.815 hommes pour la force de la Monusco, rappelle-t-on. Elle a pour responsabilité, de neutraliser les groupes armés et pour objectif de contribuer à réduire la menace que représentent les groupes armés pour l’autorité de l’Etat et la sécurité des civils dans l’Est de la RDC et de préparer le terrain des activités de stabilisation.

La Monusco entame la phase de la stabilisation et de la consolidation de la situation sécuritaire en RDC, annonce le patron de la Monusco Martin Kobler

La Mission de l’ONU pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) se trouve encore au début de la stabilisation et de la consolidation de la paix dans le pays avec une stratégie claire, a estimé mercredi, le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU en RDC, chef de la MONUSCO, Martin Kobler, en réponse a une question d’un journaliste de l’ACP. M. Kobler a indiqué, au cours de la vidéo-conférence de l’ONU à partir de Goma (province du Nord-Kivu), que la tâche primordiale actuelle de la mission onusienne consiste à gagner la paix avec le renforcement des opérations robustes des Forces armées de République démocratique du Congo (FARDC) et l’appui de la brigade d’intervention de l’ONU.

Depuis le 1er juillet 2010, date à laquelle le Conseil de sécurité de l’ONU a rebaptisé la MONUC en MONUSCO, par sa résolution 1925, on a fait un bond important, a-t-il dit, dans la mesure où l’on peut se déplacer librement à Masisi et à Rutshuru, au Nord-Kivu. Mais, « on ne peut pas dire que la partie Est de la RDC est stabilisée », a-t-il ajouté.

Rapport au Conseil de sécurité

Le chef de la Monusco revient de New York où il a fait un rapport au Conseil de sécurité de l’ONU dans le cadre de l’extension du mandat de la Monusco qui dure toujours un an. Il a fourni, à cette occasion, à l’Exécutif de l’Organisation des Nations Unies des informations sur le Festival de musique (AMANI) qui s’était déroulé à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, festival symbole de l’espoir et de la paix qui règne à l’Est. M. Martin KObler a fait également un rapport sur sa visite au « Triangle de la mort (territoires de Pweto, Manono et Mitwaba) » dans la province du Katanga, avant de s’appesantir sur les opérations militaires conjointes « FARDC-Force de la Monusco » contre les groupes armés FDLR : Forces démocratiques de libération du Rwanda) et ADF (Alliance des forces démocratiques/Ouganda).

La vision pour la force de la Monusco a consisté, dans ce contexte, en la modernisation de la Force onusienne (avec notamment l’utilisation de drones) et au déploiement de la force de l’ONU de l’Ituri, en province Orientale, au Katanga. La modernisation de la force onusienne se base sur trois piliers: la réintégration des ex-combattants, le retour de plus de mille d’entre eux de l’Ouganda et le renforcement du suivi des civils (DDR). Il faut par ailleurs commencer à préparer les élections d’ici 2016. Dans ce cadre, l’engagement du secteur privé dans l’exploitation minière est sollicité pour la promotion des investissements, a dit, M. Kobler. Le rapport sur la lutte contre l’impunité face aux violences sexuelles et la violation des droits de l’homme pour laquelle la Monusco a proclamé la « tolérance zéro » a été aussi fait au Conseil de sécurité.

A propos de Nyota

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Retourner au-dessus