dimanche , 21 octobre 2018
Dernières nouvelles

RDC : la médecine du pauvre

Face au manque d’équipement criant et à l’insalubrité de l’hôpital général de référence de Kinshasa, alias Mama-Yemo, le spécialiste de la République démocratique du Congo Tshitenge Lubabu M.K. plaide pour des investissements supplémentaires.

Tribune. Les hommes politiques nous répètent la même rengaine depuis toujours : pour développer nos pays, il faut investir davantage dans la santé et l’éducation. Or, c’est surtout dans ces deux secteurs que les bilans sont globalement mitigés. L’école est devenue une fabrique d’analphabètes tandis que l’hôpital produit des malades. On me rétorquera que j’exagère. Soit, j’accepte. Il existe à Kinshasa un établissement sanitaire baptisé « hôpital général de référence ». Mais la population continue de l’appeler « hôpital Mama-Yemo ». Mama Yemo est le nom de la mère de l’ancien président Mobutu Sese Seko.

Je me suis intéressé à cet hôpital parce que l’un de mes fils y est né en 1985. C’est aussi là que j’allais me faire soigner avec succès quand le paludisme me terrassait, grâce à ma « carte d’ayant droit aux soins médicaux et pharmaceutiques ». J’en profite pour informer l’Organisation mondiale de la santé que ma dernière crise de paludisme remonte à décembre 2005 à Bamako, au Mali.

Depuis, rien, alors que j’ai voyagé plus d’une fois dans des pays où l’anophèle est roi. Je ne livrerai mon secret que contre des espèces sonnantes et trébuchantes. Sinon, ce sera motus et bouche cousue, ou plutôt « botus et mouche cousue », comme mon tonton belge Hergé faisait dire aux Dupondt dans les aventures de Tintin.

(Jeune Afrique 09/03/18)

A propos de La Rédaction

Les Commentaires sont fermés.

Retourner au-dessus