mardi , 20 novembre 2018
Dernières nouvelles

Bruxelles inaugure un square Lumumba

C’est un geste fort, dans un pays au passé marqué par la colonisation.

Par Quentin Vasseur

Bruxelles a inauguré ce samedi 30 juin un square Patrice Lumumba, du nom d’un des héros de l’indépendance de l’ex-Congo belge, assassiné dans des conditions troubles en 1961, un geste présenté comme « symbolique » pour les Congolais de Belgique, sur fond de réflexion sur les stigmates de la colonisation.

Dans la capitale belge, un tel hommage à celui qui fut entre juin et septembre 1960 l’éphémère chef du gouvernement du jeune Congo indépendant (l’actuelle RDC, ex-Zaïre) était réclamé depuis des années par des associations de la diaspora congolaise.
Adoption « à l’unanimité »

Le lieu choisi est situé à côté de la station de métro Porte de Namur, qui marque l’entrée dans Matongé, le quartier congolais de Bruxelles. L’inauguration a eu lieu ce samedi à 13 heures en présence de membres de la famille du leader assassiné.

« Ce symbole était réclamé depuis 13 ans par certaines associations. Moi j’avais une majorité, j’ai saisi ma chance« , explique à l’AFP Philippe Close, bourgmestre socialiste de Bruxelles, rappelant que son conseil communal a voté la décision en avril « à l’unanimité ».

Baptiser un lieu public du nom de Lumumba est inédit en Belgique, où le paysage urbain recèle davantage de statues du roi Léopold II ou d’autres sculptures célébrant les « héros » belges ayant « apporté la civilisation au Congo« .

 La Belgique, complice de son assassinat ?
Patriote perçu comme prosoviétique par les Américains et désavoué par les milieux d’affaires belges, Patrice Lumumba fut assassiné le 17 janvier 1961 dans la province du Katanga, avec la complicité présumée de la CIA, du MI6 britannique et de la Belgique.

Une commission d’enquête du Parlement belge a tenté en 2000-2001 d’éclaircir cette zone d’ombre de la relation entre le Congo et son ex-puissance coloniale, mais elle a laissé un goût d’inachevé à certains.

Une forme d’hypocrisie ?

C’est le cas de Natou Sakombi, chercheuse en histoire, qui voit une forme d' »hypocrisie » dans l’inauguration d’un square Lumumba.

Pour cette fille de réfugiés politiques ayant fui la dictature de Mobutu dans les années 80, il faudrait d’abord pouvoir reconnaître officiellement que Lumumba « dérangeait clairement » les intérêts belges dans son ex-colonie, même si aucune preuve n’existe que l’ordre de l’exécuter est venu de Bruxelles.

« Je pense que c’est inutile d’ériger une place Lumumba, il y a beaucoup trop de choses qui doivent être réglées avant« , résume Mme Sakombi.

« Il a une forte valeur symbolique, mais ce n’est pas LE geste qui va résoudre toutes les questions qui peuvent encore se poser sur la colonisation« , concède de son côté Philippe Close.

A propos de La Rédaction

Les Commentaires sont fermés.

Retourner au-dessus