mardi , 19 mars 2019
Dernières nouvelles

Le ministre des affaires foncières et des mandataires publics suspendus par Félix Tshisekedi

Le Président de la République, Félix Tshisekedi vient de suspendre le ministre des affaires foncières, Monsieur Lumeya Dhu Malegi pour « violation flagrante de la loi ». Il est reproché au ministre des Affaires foncières d’avoir procédé à des lotissements à des endroits interdits et l’expropriation des tiers.

Monsieur Vital Kamerhe, Directeur de cabinet du chef de l’État qui a « commenté » les ordonnances et correpondances lues ce 13 mars à la télévision nationale (RTNC).

Le Président de la république demande par ailleurs à la justice de poursuivre le ministre des affaires foncières pour « insubordination »

Vital Kamerhe a expliqué sur le plateau de la RTNC que le Président avait, à plusieurs reprises, discuté du cas du ministre des affaires foncières avec le Premier ministre. Le Président avait demandé au premier ministre d’instruire le ministre concerné de rapporter (retirer) les arrêtés pris en violation des droits de propriété et de la loi. La même demande avait directement été aussi adressée au ministre Lumeya, mais ce dernier n’a pas obtempéré. Ainsi le Président de la République a pris ses responsabilités, et a instruit ce jour le premier ministre de procéder immédiatement à la suspension du ministre Lumeya de toutes ses fonctions et de requérir au procureur général près la cour de Cassation l’ouverture d’un dossier judiciaire contre ledit ministre. Pour Vital Kamerhe, cette suspension est de fait et prend effet ce jour.
Outre, le ministre des affaires foncières, le Directeur général de la Société commerciale des transports et des ports (SCTP), Monsieur Daniel Mukoko Samba ainsi que son Adjoint sont aussi suspendus.

Des indices sérieux des actes de mégestion sont détenus à charge de ces mandataires publics. Et le premier ministre et ses collaborateurs ont été chargés de procéder, toutes affaires cessantes, à l’application de cette mesure et de diligenter une mission d’audit.

Dans ce lot des suspendus figurent aussi le Président de l’Autorité de régulation des postes et télécommunications au Congo (ARPTC), Oscar Manikunda, à qui il est reproché des actes de mégestion et d’insubordination à la hiérarchie. Pour rappel, l’ARPTC est une institution qui est sous la tutelle directe de la Présidence de la République. De ce fait,à la différence des deux précédents cas, la lettre de supension

Vital Kamerhe, a affirmé que ces mesures n’ont pas été prises à la va vite, un mois a été nécessaire et ils (la Présidence de la République) ont des des rapports des documents…C’est aux personnes sanctionnées de présenter leur défense devant la justice.

« Ceci illustre la décision du président Felix Tshisekdi de mettre fin à la création. La série va certainement continuer mais nous ne voulons pas faire dans l’arbitraire, le droit à la défense et la présomption d’innocence sont garantis à tous les citoyens congolais, mais ça deveint le trvail du Procureur près la Cour de Cassation. Séparation des pouvoirs oblige », a déclaré Vital Kamerhe en guise de conclusion sur ce dossier.

Sur un autre ton, une autre ordonnance signée ce mercredi 13 mars consacre la nomination de Monsieur Roger Kibelisa au poste d’Assistant du Conseiller spécial du chef de l’État en matière de sécurité (François Beya).

Ces ordonnances sont annoncées quelques heures après le départ du président Felix Tshisekedi pour Nairobi (Kenya) où il prononcera ce jeudi 14 mars un discours lors « One Planet Summit ». Il est également prévu des rencontres avec d’autres chefs d’Etat en marge ce sommet sur le climat et l’environnement.


 mediacongo

A propos de La Rédaction

Les Commentaires sont fermés.

Retourner au-dessus