dimanche , 16 juin 2019
Dernières nouvelles

CENI : Nangaa prêt à rendre le tablier !

Conservation du cap pour la tenue effective des élections, le 30 décembre 2018.  Application du cadre légal mis à jour. Confection et  mise œuvre d’un fichier électoral répondant aux standards internationaux.  Non-révision de la Constitution. Matérialisation de la  première alternance   pacifique et démocratique depuis 1960.

Première expérience d’un Président de la République sortant vivant au pays et circulant librement.  Installation de nouvelles institutions, à savoir, l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Assemblées Provinciales, l’élection de nouveaux Gouverneurs des Provinces.  Décrispation politique totale, – avec la libération de Franck Diongo, de M. Eugène Diomi Ndongala, Firmin Yangambi et le retour de Moïse Katumbi et consorts, la réapparition de Ne Muanda Nsemi et   le rapatriement de la dépouille mortelle du lider maximo, Etienne Tshisekedi wa Mulumba,  pour des obsèques dignes à Kinshasa, le 30 mai prochain, constituent, en un mot comme en mille, autant d’actions que Nangaa, le Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante, inscrit parmi les réalisations saillantes  de son Institution, depuis 2011 jusqu’en 2019.  D’ailleurs, le même Nangaa, paraphrasant Tibor Nagy, le Sous-Secrétaire d’Etat américain chargé des questions Africaines, affirme, sans moufles, ni maquillage,  que la RD. Congo aura  connu, le 30 décembre 2018,  les meilleures des  élections  que celles du premier et deuxième  cycle, tel  qu’amorcé en 2006 et réédité en 2011. Il en sort, tout de même, la tête haute, même si  son visage en  aura été  tuméfié en raison de plusieurs coups supportés.  Rapport général étoffé

Le Président de la CENI dispose, au fait,  d’un rapport dont il a brossé les grandes lignes, le vendredi 24 mai dernier, au Pullman Hôtel, à la Gombe, à la presse. Très prochainement, lorsqu’il  le présentera aux Députés Nationaux, il recommandera notamment, la tenue des élections des élections locales, municipales et urbaines, d’ici la fin de cette année 2019. Concrètement, il prévient qu’au cas contraire, l’actuel fichier électoral dont l’on sait d’avance ce qu’il aura coûté en termes de moyens et de temps, se détériorera davantage avec l’accroissement du nombre de nouveaux jeunes qui, normalement, au fil de  temps,  seront devenus majeurs.

Perspectives

Nangaa, arrivé fin mandat, laisse plutôt entendre l’idée du parachèvement du cycle électoral, avec l’organisation des élections locales, municipales et urbaines dont la réalisation est sujette, selon lui, à la volonté politique. Il recommande ainsi qu’elles se tiennent cette année, quelles que soient les difficultés.

A cela, il ajoute, en outre, le recensement  de la population. Et même là, il parle, en effet, de trois types de recensement, à savoir, le recensement administratif à réaliser par l’ONIP sous la férule du Ministère de l’Intérieur,  le recensement général et scientifique à réaliser par l’Institut National des Statistiques sous la tutelle du Ministère du Plan et le recensement électoral réalisé par la CENI au travers de la mise à jour permanente de son fichier électoral.

Nangaa évoque, par ailleurs, la nécessité  de la mutualisation des efforts pour qu’il soit institué en RD. Congo,  une organisation qui ferait que l’on tienne un Registre d’état-civil dont devrait se servir toutes les institutions intéressées, pour avoir accès à la base de données, selon le besoin.

Il ne se limite pas là. Car, dans la suite de cette ribambelle de recommandations contenues dans ce  tout nouveau  rapport qu’il devra présenter incessamment à l’Assemblée Nationale, le Président de la CENI insiste, singulièrement,  sur la consolidation des acquis et de l’évaluation du processus électoral.

Allusion faite, ici, à l’actualisation de certaines dispositions de la loi organique de la CENI, au niveau de la problématique du seuil de représentativité, de la machine à voter ainsi que de toute une litanie de réformes, à la fois, techniques, juridiques et politiques nécessaires.

L’affaire de la configuration, de la clé de répartition des postes au sein  du Bureau ainsi que de la plénière de la CENI devra, dans ce cas, trouvé son  exutoire dans un nouveau compromis procédant d’un nouveau consensus politique à dégager. De  telle sorte que  la société civile soit, enfin, rétablie dans ses  droits. C’est-à-dire, au lieu de trois membres qu’elle a aujourd’hui, quatre pour l’Opposition et six pour la majorité parlementaire, ne serait-il pas possible d’accorder à la Société civile, elle qui est la moins intéressée par  la conquête du pouvoir, un peu plus de place au sein du Bureau de la CENI ?, s’interroge-t-il.

Valises prêtes…

En juin prochain, Nangaa fera ses valises. Et, avec lui, ses colistiers. Mais, il restera,  tout de même, un socle, celui du Secrétariat Exécutif National de la CENI. Ce départ qui s’inscrit dans la droite ligne de  l’application de la loi organique de cette institution d’appui à la démocratie prévoyant un mandat de six ans pour les membres du Bureau ainsi que ceux de la Plénière, ne  se fera pas  à la hussarde. Il faudrait que  les partis politiques de la Majorité parlementaire,  de l’Opposition ainsi que  les acteurs de la  Société civile puissent  désigner rapidement,  de nouveaux dirigeants avec lesquels, lui,  Nangaa et son équipe feraient la remise-reprise.

Au gré de vagues

Quoique victimes de plusieurs critiques acerbes et des coups fumants, la CENI, en dépit de sanctions ciblées,  compte plusieurs hauts faits en termes de réalisations à son actif. Vendredi 24 mai dernier, tirant des leçons à quelques encablures de la fin de son mandat, Nangaa dit avoir recensé tout un florilège de victoires sans lesquelles la tenue des élections, le 30 décembre 2018, n’aurait nullement  été possible.

Il dit, en effet, avoir appris  à  servir la nation, même si le travail de la  CENI, prise entre les feux des positions tranchées, figées et irréductibles  des parties prenantes au processus électoral, peut ne pas procurer satisfaction à tout le monde.  Voilà pourquoi, rappelle-t-il, les résultats provisoires  de toutes les élections avaient été transmis aux cours et tribunaux qui, après le traitement des contentieux électoraux, les avaient, enfin,  confirmés.

Si bien que pour le reste, y compris tous les combats rébarbatifs axés sur la vérité des urnes,   il appartient donc, à chacun des congolais, de se soumettre aux verdicts rendus par la justice pour le triomphe de la démocratie,  le respect de nouvelles  institutions établies  et de l’ordre public ainsi que  la consolidation de l’Etat de droit   en RD. Congo.

CNSA, vite la dissolution

Au passage, Nangaa relève, enfin, que dès lors que l’organisation des élections et la décrispation politique  vident  l’Accord de la Saint-Sylvestre de toute sa substance, certaines institutions, à l’instar du CNSA, n’auraient plus leur raison d’être. De toute évidence, il préconise  la dissolution automatique.

mediacongo

A propos de La Rédaction

Les Commentaires sont fermés.

Retourner au-dessus