la Lucha appelle l’Assemblée Nationale à réexaminer l’entérinement de Malonda pour éviter un « chaos inutile »

Le mouvement citoyen Lutte pour le Changement (Lucha RDC-Afrique), appelle l’Assemblée Nationale à réexaminer sa décision, portant entérinement de Ronsard Malonda à la tête de la Centrale électorale CENI.

Selon lui, la chambre basse doit se remettre aux confessions religieuses «valablement représentées», c’est pour éviter un «chao inutile» au pays.

« La LUCHA envisage des actions de forte mobilisation pour barrer route à toute initiative qui tendra à compromettre l’unité nationale et le bon fonctionnement des institutions, tout en appelant l’Assemblée Nationale à réexaminer l’entérinement de Ronsard Malonda, tout en se remettant aux composantes de la société civile et confessions religieuses valablement représentées dans le but de trouver une harmonie en évitant le chao inutile à notre chère nation », dit la Lucha.

Dans un communiqué de ce lundi 6 juillet 2020, cette structure citoyenne dit avoir constaté une mauvaise foi et un « sens de rigidité », dans le chef de certaines confessions religieuses. Ce, après des consultations la semaine dernière avec des confessions religieuses, et des personnalités impliquées dans ce processus de désignation.

Selon la Lucha, c’est depuis le mois de Juin 2019 que l’équipe dirigeante de la CENI est fin mandat. D’où ; contrairement à ceux qui parlent de reformes avant la désignation des membres du Bureau de la CENI ; la Lucha pense qu’il y’a nécessité et urgence de son remplacement, pour ne pas encourager l’illégitimité et assurer le respect du délai électoral de 2023.

« Le système électoral nécessite une reforme dans certaines dispositions légales. Mais ces différentes reformes peuvent être progressives et peuvent surgir avant comme après l’étape de désignation. Et ces dernières ne doivent pas occasionner le dépassement du rendez-vous électoral de 2023 », dit le communiqué.

La Lucha RDC-Afrique appelle les confessions religieuses à agir pour la paix et la cohésion nationale ; «Et de ne pas allumer la flamme des guerres et d’instabilité des institutions du pays. Ce qui fragilisera les petites avancées démocratiques observées sous un grand sacrifice de lutte. Et dont les mouvements citoyens et la jeunesse en sont des victimes principales », dit-elle.

 

 

 


MEDIA CONGO

A propos de La Rédaction

La Rédaction de Nyota Radio Télévision

Les Commentaires sont fermés.

Retourner au-dessus