lundi , 11 novembre 2019
Dernières nouvelles

Moïse Katumbi à Bunia: Ensemble disons « Stop tribalisme »

En meeting populaire à la tribune officielle de Bunia, chef-lieu lieu de la province de l’Ituri ce vendredi 01 novembre, le président de la plateforme « Ensemble pour le changement », a déploré les atrocités perpétrées contre la population principalement en territoire de Djugu et Irumu.

Moïse Katumbi a demandé à la population de répondre à tous les politiciens demandant les nouvelles de l’Ituri que les choses vont mal.

« Que ça soit ministre ou qui que ce soit, dites leur que les nouvelles sont mauvaises en Ituri car les gens sont entrain d’être tués. C’est quand il y aura sécurité, emplois, route, courant et autres que nous parlerons de bonnes nouvelles », a-t-il lancé.

Ensemble disons « Stop tribalisme »

L’ex-gouverneur du Katanga a axé son discours sur la lutte contre le tribalisme en Ituri. « Vous devez dire stop au tribalisme si vous voulez voir cette province se développer. Accepter de vivre avec tous les Congolais. Qu’ils viennent de l’ouest, du sud ou du nord, ce sont vos frères », a-t-il affirmé. « En stoppant le tribalisme, nous allons faire avancer notre cité, nous aurons des investisseurs qui viendront créer des emplois chez nous. Et sans la paix, il n’y a pas d’emplois. L’argent n’aime pas les bruits, je vous en supplie », a-t-il rencheri.

Dans son adresse, Moïse Katumbi Chapwe déplore la présence de plusieurs déplacés de Djugu en ville de Bunia après avoir fui l’insécurité dans leurs milieux de vie. A cet effet, il a promis de mener un plaidoyer en faveur du retour d’une paix durable à Djugu pour permettre le retour de toutes ces personnes déplacées et a appellé le gouvernement congolais ainsi que la communauté internationale à s’impliquer pour résoudre cette question d’insécurité en ituri. « On ne peut pas être déplacés dans son propre pays, c’est inconcevable », lance Moïse Katumbi.

Par ailleurs, le président d’« Ensemble pour le changement » a dénoncé la tracasserie militaire et policière dont sont victimes les populations sur différents axes routiers, ce qui ne facilite pas la bonne circulation des personnes et leurs biens.

Au plan politique, M. Katumbi n’a pas manqué d’évoquer la création très prochaine de son parti politique et a invité les ituriens à y adhérer massivement.

VISITE À L’ORPHELINAT SAINT KIZITO

Juste après la tenue de son meeting, Moïse Katumbi s’est rendu à l’orphelinat Saint Kizito géré par les sœurs de la charité maternelle, un établissement qui héberge des enfants non accompagnés ou ceux affectés par les violences armées.

Sur place, une enveloppe d’argent, dont le montant n’a pas été révélé à la presse, a été remise aux gestionnaires en vue d’appuyer l’alimentation de plusieurs dizaines d’enfants qui y sont accueillis.

Autre visite attendue, c’est celle qu’il pourrait effectuer au site des déplacés de Djugu, accueillis dans la concession de l’hôpital général de référence ainsi que dans celle de l’institut supérieur pédagogique, ISP Bunia.

La suite de son programme ce samedi prévoit la tenue d’une conférence à l’intention de tous les cadres de sa famille politique avant de poursuivre des audiences avec différents couches de la population.
Déjà la soirée de vendredi, il a conféré avec les représentants de différentes communautés de l’Ituri, les chefs coutumiers et les notables de l’UNADI avant de recevoir l’ONG catholique Caritas impliquée dans la gestion des dons en faveur des déplacés de guerre .

Sauf changement de dernière minute, l’honorable Katumbi devrait quitter Bunia le même samedi pour se rendre à Kindu dans le Maniema.


mediacongo

A propos de La Rédaction

Les Commentaires sont fermés.

Retourner au-dessus