Procès des 100 jours : Kamerhe charge Bitakwira dans l’attribution du marché des maisons préfabriquées au commerçant Jammal

La deuxième audience du procès du directeur de cabinet du chef de l’État, Vital Kamerhe et consorts, dans l’affaire de détournement des fonds alloués à la construction des 4.500 maisons préfabriquées initiée dans le cadre du programme d’urgence de 100 jours du chef de l’État, a eu lieu ce lundi 25 mai à la prison centrale de Makala.

Au cours de cette audience, Vital Kamerhe a déclaré devant les juges n’avoir pas signé le premier contrat lié au marché de construction des maisons préfabriquées avec la société Samibo de Jamaal Sammih. A l’en croire, ce premier contrat qui date de 2018 et son avenant signé en 2019, avait été signé par l’ancien ministre du développement rural, Justin Bitakwira.

Contrat signé entre Justin Bitakwira et Sammih Jammal

« Le contrat a été signé en 2018 entre M. Bitakwira et Sammih Jammal. Pendant ce temps, je n’étais pas là. Même l’avenant, c’était M. Bitakwira », a soutenu le président national de l’UNC, avant d’insister « Je mets ma main à couper si vous trouvez ma signature ».

Par ailleurs, Vital Kamerhe dit ne pas comprendre pourquoi il est détenu à la prison de Makala alors que son nom n’est pas cité dans cette affaire, et réclame sa remise en liberté provisoire.

« Je constate qu’à ce stade mon nom n’est pas cité et je veux retrouver ma liberté provisoire à la fin de cette audience. Je vais comparaître chaque jour mais que j’aie ma liberté », a-t-il sollicité du tribunal.

Le ministère public, a pour sa part, sollicité que l’ancien ministre au développement rural Justin Bitakwira qui aurait signé le premier contrat et l’avenant soit aussi invité devant le tribunal.

Selon toujours le ministère public, Justin Bitakwira ne prenait pas part aux réunions du comité de supervision du programme de 100 jours.

Il sied de noter que le premier marché, dont un avenant au contrat avait été signé en avril 2019, prévoyait la construction de 1500 logements sociaux pour un coût de 57,5 millions USD. Ces maisons préfabriquées en Turquie par Karbod devraient être acheminées, montées et livrées en RDC par les sociétés de Sammih Jammal.

Alors que la première commande n’est pas encore honorée, Sammih Jammal bénéficiera d’un autre contrat de gré à gré de plus de 57 millions USD pour la construction de 3 000 maisons destinées aux policiers et aux militaires.

La suite de ce procès inédit a été renvoyée au 03 juin prochain pour la contraction avec les témoins cités dans cette affaire présumée de détournement des deniers publics dont notamment Justin Bitakwira; les ministres du budget et des Finances; le Gouverneur de la BCC; le Directeur Générale du Contrôle des Marchés Publics; un des fils de Sammih Jammal et son associé; le responsable du suivi des travaux au camp Tshatshi; ainsi que la femme et la belle-fille de Kamerhe, Mme Hamida Chatur et Mlle Soraya Mpiana.

Revoir l’intégralité de la 2ème séance du « Procès des 100 jours » : 

Djodjo Vondi
mediacongo

 

A propos de La Rédaction

La Rédaction de Nyota Radio Télévision

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Retourner au-dessus