lundi , 11 novembre 2019
Dernières nouvelles

RD Congo: les mystères troublants de l’Antonov 72

Le président Tshisekedi a rencontré des membres de familles de victimes de l’Antonov 72. Son chauffeur et plusieurs de ses escortes se trouvaient à bord. La présidence a officiellement confirmé mardi la localisation de l’épave dans la province du Sankuru et promis de faire la lumière sur cet accident.

Les premiers corps qui ont été découverts autour de l’épave ont pu être rapatriés par la Monusco. La Présidence promet de faire toute la lumière sur ce drame et assure avoir mobilisé une équipe d’enquêteurs expérimentés. L’appareil, l’équipage, cet avion de l’armée congolaise, affrété par la présidence pour transporter le véhicule du chef de l’État et sa garde rapprochée, suscite bien des interrogations.

D’Afghanistan aux Émirats…

Cet Antonov 72 est sorti de l’usine en 1987 et a changé plusieurs fois de mains et même d’immatriculation depuis. La dernière, EK-72903, celle que l’on peut encore lire sur les débris de l’avion, ferait de lui un appareil de la flotte de South Airlines, la compagnie arménienne, mais au début des années 2000, ce sont d’obscurs opérateurs privés qui le gèrent.

Cet avion est à Kaboul en Afghanistan en 2006, en Ukraine et aux Émirats arabes unis en 2011. Pour les deux pilotes russes, le passif semble tout aussi lourd. Leurs noms ont été communiqués par l’ambassade de Russie. Le premier s’appelle Vitaly Shumkov, un pilote du même nom et du même âge a été brièvement arrêté en Thaïlande en 2010, accusé de transporter 30 tonnes d’armes nord-coréennes.

Son compatriote, Vladimir Sadovnichy, pourrait être le Vladimir Sadovnichy du même âge qui a été condamné en 2011 au Tadjikistan à 8 années et demi de prison pour trafic, après avoir traversé illégalement la frontière depuis l’Afghanistan avec son Antonov 72 pour le compte d’une société enregistrée dans les îles vierges britanniques.

Un oligarque russe parmi les victimes ?

Les deux pilotes avaient été libérés, les charges abandonnées. Selon une source sécuritaire congolaise, si l’identité des victimes russes est confirmée, cela pose de sérieuses questions sur les vérifications effectuées pour le transport de matériel aussi sensible que la voiture du président.

Depuis la disparition de l’avion, la presse russe, notamment d’opposition, a spéculé sur la présence l’oligarque russe et proche de Vladimir Poutine, Eugène Prigozin dans cet avion. Mais l’ambassade de Russie à Kinshasa a assuré que seuls deux russes figuraient parmi les victimes et dit attendre la fin des opérations de recherche avant tout autre commentaire officiel.

rfi

 

A propos de La Rédaction

Les Commentaires sont fermés.

Retourner au-dessus